Communiqué de presse

03 octobre 2018

Des acteurs industriels et des banques unissent leurs forces pour lancer une plateforme blockchain appelée à révolutionner le financement du commerce des matières premières

Des acteurs industriels et des banques unissent leurs forces pour lancer une plateforme blockchain appelée à révolutionner le financement du commerce des matières premières

Quinze des plus grandes entreprises au monde, parmi lesquelles des banques, des sociétés de négoce, une firme d’inspection1 et un grand groupe énergétique ont créé ensemble komgo SA, une entreprise dont le but est de digitaliser le secteur du financement du commerce des matières premières par le biais d’une plateforme basée sur la technologie blockchain.

Cette nouvelle société, gérée et exploitée par une entité indépendante, est le fruit d’un partenariat entre les entreprises suivantes : ABN AMRO, BNP Paribas, Citi, Crédit Agricole Group, Gunvor, ING, Koch Supply & Trading, Macquarie, Mercuria, MUFG Bank, Natixis, Rabobank, Shell, SGS et Société Générale. 

« Le lancement de komgo SA reflète une vision commune de l’innovation et souligne la volonté de l’industrie de développer un réseau de financement vraiment ouvert et plus efficace dans le domaine du commerce de matières premières », explique Souleïma Baddi, présidente-directrice générale de komgo SA.

L’équipe à la base du succès des deux projets de recherche (« Proofs of Concept » ou PoC) sur la blockchain déjà testés dans le domaine du commerce de l’énergie et des matières premières agricoles (Easy Trading Connect 12 et Easy Trading Connect 23) a rejoint komgo SA afin de développer une plateforme décentralisée basée sur la blockchain Ethereum. 

« Les « Distributed Ledger Technologies » (DLT) ont la capacité de transformer le secteur des matières premières, comme en témoigne le succès rencontré par les expériences Easy Trading Connect » explique Toon Leijtens, directeur de la technologie chez komgo SA. « Nous pouvons désormais atteindre notre objectif à long terme, qui est de rendre le financement des matières premières plus fiable et plus efficace ».

La plateforme sera développée en partenariat avec ConsenSys, la plus grande formation de technologues et d’entrepreneurs construisant des applications, des infrastructures et des solutions sur la blockchain Ethereum. Joseph Lubin, cofondateur d’Ethereum et fondateur de ConsenSys, explique : « Nous entrons dans une ère d’accès simple et inclusif à la technologie blockchain qui permettra de nouer des relations commerciales plus fortes et plus collaboratives et qui étaient hors de portée jusqu’à présent. Nous nous réjouissons de voir des banques et des acteurs de l’industrie des matières premières majeurs unir leurs forces pour créer komgo SA, car cela permettra de simplifier et d’accélérer radicalement la fiabilité et la vérifiabilité du financement du commerce ainsi que son accessibilité dans l’ensemble du secteur ».

komgo SA est une plateforme sécurisée appartenant à un écosystème émergent visant à optimiser l’ensemble des flux des opérations physiques sur les matières premières. 

komgo SA commercialisera deux produits d’ici la fin de l’année. Le premier servira à harmoniser et à faciliter la vérification de l’identité des clients (« Know Your Customer » ou « KYC ») sans devoir passer par une base de données centrale : l’échange de documents se fera de manière cryptée sur la blockchain, sur la base du principe du besoin de connaître (« need to know »). Le deuxième produit sera une lettre de crédit digitale qui permettra aux sociétés du secteur des matières premières ou à d’autres plateformes de soumettre des données et des documents de manière digitale aux banques clientes de komgo SA de leur choix. Compte tenu du nombre élevé d’actionnaires communs entre komgo SA et VAKT (créée en 2017 pour développer une plateforme de traitement post-transaction basée sur la blockchain pour les matières premières), les deux sociétés exploreront les possibles synergies entre les deux plateformes.

komgo SA est basée à Genève, l’un des pôles les plus importants au monde en matière de commerce de matières premières, et bénéficie du soutien sans faille du Canton de Genève.


Les principaux services incluent l’inspection et la vérification de la qualité, du poids et de la qualité des biens échangés.
2 Easy Trading Connect 1, qui a vu le jour en février 2017 avec l’aide de Société Générale, ING et Mercuria, est la première plateforme prototype ayant montré en quoi ces nouvelles technologies permettent à toutes les parties d’accéder plus facilement à l’information en temps réel et en quoi elles permettent d’améliorer l’efficacité et la sécurité du processus.
3 Easy Trading Connect 2 (ETC 2) a vu le jour en janvier 2018 avec l’aide de Louis Dreyfus Company, ING, Société Générale et ABN AMRO. Cette plateforme améliorée a servi à exécuter un contrat de livraison de graines de soja en provenance des États-Unis à destination de la Chine. Cette transaction, qui réplique le processus papier, a permis aux participants à la chaîne de passer moins de temps à traiter les documents et, partant, de réduire par cinq le volume des données.