Communiqué de presse

05 octobre 2018

Les Français à la recherche du temps perdu !

Les Français à la recherche du temps perdu !

Découvrez le podium des situations les plus attentogènes selon un sondage réalisé par Opinion Way pour ING Direct.

N°1 : les services après-vente

  • Septembre se termine enfin : 50% des Français de 35 à 49 ans appréhendent septembre pour son temps perdu.

  • ING Direct reconnue pour son faible temps d’attente (75% des appels sont répondus en moins de 30 secondes).

  • Sur la journée du 28 Septembre 2018, de 09h00 à 21h00, pour la première fois dans le secteur bancaire, ING Direct rémunère le temps d’attente de ses clients à hauteur de 60 centimes par minute.

« Ce sondage montre les attentes très fortes des français de se simplifier la vie en ne perdant pas de temps et d’argent. ING Direct investit beaucoup dans sa relation clients pour raccourcir au maximum le temps d’attente de ses clients, et de manière non surfacturée. Septembre est pour les français un mois très attentogène, d’où cette initiative originale d’ING Direct de rémunérer symboliquement le temps d’attente de ses clients le 28 septembre 2018 » déclare Olivier Luquet, Directeur Général d’ING Direct en France.
 
Le temps (perdu) c’est de l’argent (perdu) :

  • 53% des Français (68% en région parisienne) ont renoncé à une activité en raison d’un temps d’attente trop long.

  • Et 58% des Français (62% pour les 18 / 34 ans) ont abandonné un achat en raison d’un temps d’attente trop long.

« Ces moments d’attente sont ressentis comme d’autant plus insupportables, vertigineux, absurdes que désormais, partout, le temps est optimisé » explique Ronan Chastellier, sociologue.

Attente et impatience, le label d’une époque

  • 82 % des Français se disent plus impatients aujourd’hui qu’ils ne l’étaient auparavant et semblent assez peu optimistes sur l’évolution du temps d’attente.

  • 79 % des Français estiment que ça ne changera pas, voire que cela va empirer !

A la recherche du temps perdu ?

Les services en ligne devraient pourtant, pour 61% des Français, venir alléger les temps d’attente. Une certitude plus ancrée chez les jeunes (67 %) et les parisiens (67 %).