France : le commerce extérieur peut-il contribuer à sortir de la crise ?

France : le commerce extérieur peut-il contribuer à sortir de la crise ?

ING était il y a quelques jours au départ du Tour de France à Utrecht pour célébrer le début d’une année de coopération renforcée entre la France et les Pays-Bas, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. A cette occasion, ING publie un rapport sur les perspectives économiques de la France et les perspectives de développement du renouvelable en Europe, en France et aux Pays-Bas.

Disponible en français et en anglais, nous vous en proposons la synthèse :

  • Pour l’économie française, 2015 pourrait être l’année de la reprise (comme l’a été 2013 en son temps), mais seulement si le marché du travail se stabilise avant de s’améliorer en 2016.
  • Un élément clé de la reprise est donc la création d’emplois. Si la reprise actuelle n’en crée pas assez, la confiance baissera à nouveau, la consommation ralentira et les investissements seront retenus, comme ce fut le cas en 2013.
  • Dans ce contexte, plusieurs réformes et changements fiscaux ont été décidés pour améliorer la position de compétitivité de la France. La demande extérieure n’est certainement pas un fort moteur de croissance, mais ces efforts ont stabilisé les parts de marché de la France.
  • La France bénéficie néanmoins de la faiblesse de l’euro puisque ses exportations vers la zone dollar ont récemment significativement contribué à la croissance.
  • Les Pays-Bas sont un partenaire commercial important pour la France (le 7ème en importance), surtout dans l’industrie du transport.
  • Nous nous attendons à ce que la croissance des exportations dans les années à venir soit particulièrement forte dans les secteurs du transport et des machineries industrielles.
  • En Europe, la France et les Pays-Bas sont parmi les dix principaux producteurs d’énergies renouvelables, bien qu’ils aient des mix de production très différents.
  • Le plan d’action d’efficacité énergétique de la France vise à augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix de 13,7% en 2012 à 32% en 2030, notamment en développant les énergies solaires et éoliennes, deux secteurs qui présentent des opportunités analysées dans le présent rapport.