ING annonce la co-création d'une plateforme de règlement des transactions basée sur la blockchain

ING annonce la co-création d’une plateforme de règlement des transactions basée sur la blockchain

ING crée, en collaboration avec d’autres banques d’envergure mondiale, une monnaie numérique pouvant être utilisée afin de régler les transactions monétaires internationales de manière instantanée, supprimant le besoin d’intermédiaires et réduisant les coûts liés aux transactions.

Il s’agit d’une nouvelle étape de développement du projet de monnaie de règlement utilitaire ou « utility settlement coin » (USC) lancé en 2015 par Swiss bank UBS. Ce projet vise à concevoir un mécanisme de règlement grâce à la blockchain afin de rendre les transactions plus efficaces. Le token inspiré du bitcoin, dénommé monnaie de règlement utilitaire, peut être utilisé afin d’effectuer des paiements et de transmettre toutes les données liées aux transactions. Le risque de change des transactions traditionnelles s’en trouvera ainsi réduit, tandis que le paiement et le processus de règlement seront eux accélérés et moins risqués pour les clients.

Fnality International, une entreprise londonienne au capital social de 50 millions de livres sterling récemment créée et financée par les 14 banques participantes, dont ING, dirigera cette initiative.

En plus d’être lent et coûteux, le processus actuellement en place par lequel les transferts internationaux sont effectués implique le marché des changes et des intermédiaires tiers. Contrairement aux cryptomonnaies dont la valeur fluctue, l’USC reflète les taux de change et permet un règlement immédiat.

« La tokénisation des actifs et l’utilisation de la technologie de registre distribué renferment un potentiel incroyable pour notre secteur. » a déclaré Annerie Vreugdenhil, responsable de la division Wholesale Banking Innovation chez ING.

« Grâce à Fnality, nous sommes les pionniers de l’infrastructure financière de demain. Nous avons comme objectif commun de simplifier au maximum le processus de règlement et sommes enthousiastes de faire partie de cette évolution du secteur. », a-t-elle ajouté.

À ses débuts, le système prendra en charge le dollar américain et canadien, l’euro, la livre sterling et le yen.