ING veut faire passer toutes les banques sur la blockchain

ING veut faire passer toutes les banques sur la blockchain

Le “Journal du Net” revient sur le lancement par ING de sa propre solution de blockchain en open source pour optimiser la confidentialité des informations, le zero-knowledge range proof.

En 2017, Ethereum a intégré dans son protocole une brique utilisée en cryptographie baptisée le “zero knowledge proof” (ZKP). Pour faire simple, cette technologie permet de révéler la preuve d’une information sans en divulguer le contenu. Par exemple, elle permet de prouver que vous avez plus de 18 ans sans donner votre âge exact.

ING, qui travaille sur des projets blockchain depuis 2014, est l’une des rares banques dans le monde à expérimenter cette technologie. “Nous sommes tombés sur le zero-knowledge proof lorsque nous faisions des recherches sur les paiements internationaux dans la blockchain. Nous cherchions à nous assurer qu’un acteur puisse faire une transaction sans qu’un autre acteur de ce réseau n’en connaisse les détails. Le zero-knowledge proof était la réponse à ce problème“, raconte Mariana Gomez de la Vila, senior program manager blockchain chez ING.

En novembre 2017, ING a lancé sa propre solution, qu’elle a nommée le “zero-knowledge range proof”, un version améliorée du ZKP. Concrètement, cette brique permet aux utilisateurs de prouver qu’ils ont un chiffre secret liée à une suite de chiffres connue. Et non, un élément tout entier (un montant, un âge…).  “Par exemple, pour un prêt immobilier, un client peut prouver qu’il gagne assez pour avoir un crédit immobilier sans que la banque connaisse son salaire“, illustre Mariana Gomez de la Vila.

Actuellement, ING expérimente cette technologie sur des cas d’usage dans le paiement mais ne précise pas lesquels.

[…]