Communiqué de presse

6 janvier 2015

Les Français perdent la première place des résolutions financières pour 2015 mais restent dans le trio de tête européen

Les Français perdent la première place des résolutions financières pour 2015 mais restent dans le trio de tête européen

CONSCIENTS DE L’IMPACT DE LA CRISE FINANCIERE SUR LEURs FINANCES PERSONNELLES, LES FRANÇAIS SONT DAVANTAGE PREOCCUPES PAR LEUR NIVEAU D’EPARGNE QU’EN 2014

  • Selon l’étude Ipsos menée pour l’observatoire ING*, parmi les Français qui ont pris de bonnes résolutions pour 2015, 83% ont mis leurs finances en priorité, contre 91% en 2014, cédant ainsi la première place du podium aux Turcs.
  • Ces promesses ont un effet notable dans la gestion de l’argent : 62% des Français ont tenu leurs résolutions financières prises en 2014 contre 54% pour les Européens en moyenne.
  • Le ressenti de l’impact de la crise diminue mais reste préoccupant : 50% des Français estiment que la crise a eu des conséquences négatives sur leurs finances personnelles au cours des trois derniers mois, contre 55% l’an passé.

Si les Français perdent leur première place sur le podium des résolutions financières, ils gardent de bonnes habitudes en matière d’argent.

La première place du classement est occupée par les Turcs, avec un score de 90%. Ils détrônent les Français qui sont désormais 83% à mettre la priorité sur les résolutions financières pour 2015 contre 91% en 2014. En queue du peloton européen, dont la moyenne se situe à 77%, se trouvent les Britanniques et les Autrichiens (68%) qui souhaitent se montrer plus raisonnables concernant leurs finances.

Les Français restent consciencieux en matière d’argent et s’engagent à garder leurs bonnes habitudes financières. Ils sont 62% à avoir tenu les résolutions financières prises en janvier 2014. Un nombre conséquent et au dessus de la moyenne européenne qui s’élève à 54% de consommateurs. Devant les Français, se trouvent une nouvelle fois les Britanniques avec 63%, mais aussi les Luxembourgeois (64%) et surtout les Néerlandais, champions européens de la promesse tenue avec 71%. Les Italiens (47%), les Turcs (49%), et les Polonais (49%) figurent pour leur part parmi les Européens aux scores les plus faibles.

Qu’entendent les Européens par « résolutions financières » ? Pour eux, cela rime d’abord avec davantage d’épargne (40%), un meilleur contrôle de leurs dépenses (30%) et la réduction de leurs dettes personnelles (24%). Les Français se situent pour leur part légèrement au-dessus de la moyenne européenne, leurs résolutions financières se concentrant principalement sur l’épargne (41%) et la réduction des dépenses (37%). Diminuer ses dettes est un enjeu moins central (18%), celles-ci étant traditionnellement plus faibles que celles de leurs voisins européens avec une moyenne européenne à 24%. En effet, seuls 47% des Français déclarent avoir des dettes personnelles, contre 55% en Europe.

L’impact de la crise économique se fait moins ressentir mais reste une préoccupation pour les Français

En 2014, les Français ont été moins nombreux, 50% contre 55% l’année dernière, à considérer que la crise a eu des conséquences négatives sur leurs finances personnelles au cours des trois derniers mois. Un chiffre en baisse, qui révèle pourtant la préoccupation des Français envers la situation économique de leur pays. Cette tendance baissière est partagée par l’ensemble des pays européens : ainsi, 36% des Européens estiment que la crise a impacté leur épargne au cours des 3 derniers mois contre 41% en 2014.

Cette préoccupation se traduit par une gestion plus serrée du budget. De nombreux Européens sont contraints de réduire leurs dépenses, un pourcentage qui augmente : ils étaient 22% à déclarer l’année dernière qu’ils allaient couper dans leurs dépenses, ils sont aujourd’hui 26%. Pour respecter leur budget, les Européens réduisent leurs dépenses dans les loisirs et les projets de vacances. Ils sont 47% à avoir diminué les sorties au cinéma et au restaurant cette année.

En France, l’alimentation constitue le premier poste de réduction des dépenses Français : ils sont 34% à se dire plus vigilants concernant leurs dépenses alimentaires.

L’épargne disponible reste au cœur des préoccupations

Les Français sont 39% à affirmer que le montant de leur épargne a diminué en 2014 (avec une variation du PIB à 0,1), alors que, les Allemands ne sont que 25% à faire la même déclaration (avec une variation du PIB à 1,0). Ils sont également 35% à déclarer ne pas avoir d’épargne disponible, contre 29% l’année dernière, un chiffre en croissance mais néanmoins plus faible que la moyenne européenne (38% pour 2015 contre 35% pour l’année 2014).

« Les Français sont traditionnellement les bons élèves en matière de taux d’épargne. Après avoir subi une baisse en 2013, le taux d’épargne des Français a augmenté pour atteindre 15.9% à l’été 2014, un record depuis 2009, alors que la moyenne est de 13% sur les pays de l’Union Européenne (source : INSEE – Juillet 2014) », souligne Julien Schahl, responsable des produits investissement chez ING Direct.

Cette préoccupation se traduit par le recul de la France sur un autre classement : celui des habitants estimant avoir un niveau confortable d’épargne. Alors qu’ils étaient 8èmes sur 13 l’an passé, les Français se classent désormais à la 9ème place, derrière les Tchèques qui gagnent deux places et devant les Roumains qui ont gagné 3 places dans ce classement. Les plus sereins quant à leur niveau d’épargne sont les Néerlandais, à la différence des Italiens, qui occupent la dernière place.


* Étude online réalisée auprès d’un échantillon national représentatif en France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume Uni, Pays Bas, Luxembourg, Belgique, Autriche, Pologne, Roumanie, Turquie, République Tchèque entre le 16 octobre et le 5 novembre 2014 par Ipsos pour ING.
​** Base : Personnes interrogées ayant pris des résolutions pour 2015.

A propos d’ING Direct

Présent dans 6 pays, ING Direct est le leader de la banque en ligne avec plus de 965 000 clients en France et 14 millions de clients dans le monde. Lancée en 2000 en France et présente à Paris, Reims et Lyon, ING Direct est le n°1 de la banque en ligne. Elle offre une alternative à la banque classique en se concentrant sur l'essentiel, pour plus d'efficacité et moins de frais. ING Direct propose à ses clients des services utiles et performants, au prix le plus juste. Sa gamme de produits, volontairement courte se compose de produits d’épargne liquide dont le Livret Epargne Orange et le Livret A, des produits d’assurance vie, d’une gamme de fonds simplifiée, et d’un compte courant. C’est en s’appuyant sur les attentes des consommateurs à l’égard de leur banque qu’ING Direct a construit son modèle : être LA banque qui privilégie la satisfaction et l’autonomie du client à travers des produits simples et performants, en proposant une relation fondée sur la facilité et la transparence.